Quality Cost Cycle Time

Dans le contexte d’une année 2020 marquée par le Covid,

… et les nombreuses interrogations sur le profil de la  reprise : en U, V, W…, les entreprises cherchent des actions rapides dans le but de :

  • Baisser leur point mort
  • Préserver leur trésorerie
  • Avoir des processus plus efficaces
  • Limiter l’impact sur l’EBIT,

Une approche Inter-métiers
Opérations et Finance,

A la croisée des expertises Opérations et Finance, s’appuyant la Data Visualisation et l’IA, la démarche du Quality Cost Cycle Time constitue un véritable levier à impacts rapides, méritant sa place parmi les 9 SMART VALUE INITIATIVES présentées par le cabinet KEPLER en 2020.

Baisser le coût des non-qualités

Le Quality Cost Cycle Time permet de baisser drastiquement les non-qualités d’un processus via une approche par les coûts engagés (VA) et immobilisés (BFR) pendant toute la durée du temps de cycle. On mesure l’impact de la destruction de valeur que l’on croise avec les coûts sur l’ensemble des opérations qui composent le cycle.  

Ce n’est pas un nouveau concept, mais bien une démarche opérationnelle qui s’appuie sur les pratiques en place au sein de l’entreprise.  Le Quality Cost Cycle Time permet d’alimenter les routines de revue de performance et les ateliers de résolution de problèmes avec plusieurs bénéfices, parmi lesquels :

  • Accélérer le temps de réaction et de traitement des non-qualités
  • Améliorer le Rendement Première Passe (FPY)
  • Améliorer le Taux de Rendement Synthétique (TRS)
  • Optimiser le Rendement énergétique
 

Méthodologie en Quatre Étapes

Phase 1 : Identification et mesure

 

L’ensemble des coûts engagés sont répartis dans les étapes du macro-process. Sont pris en compte le coût des matières premières et des composants : sous-ensemble à partir des nomenclatures, des coûts de main d’œuvre, à partir des gammes, des énergies et des amortissements.

 

 

Les coûts immobilisés sont caractérisés par les coûts engagés sur la durée de chacune des étapes du temps de cycle. Les clients internes ou externes qui remontent des problèmes qualité sont caractérisés avec un temps de cycle correspondant. 

Phase 2 : Aide à la détection

 

L’ensemble des origines des non-qualités (défauts et retouches) est caractérisé en quantité, fréquence et valorisation financière. 

 

Les étapes du processus au cours desquelles les non-qualités sont   détectées (puis crées), sont cartographiées. Un croisement avec la pondération des coûts engagés permet d’identifier à quelle étape certains défauts sont et devraient être détectés.  Un repositionnement de Quality Gate permet très rapidement de réduire la destruction de VA sur la durée d’engagement du BFR.

 

Phase 3 : Aide à la décision 

 

La mise à disposition des données consolidées de non-qualités et leurs impacts financiers permettent la mise en œuvre d’une boucle d’amélioration continue. Le Quality Cost Cycle Time permet d’attirer immédiatement l’attention sur les problèmes dès leur survenue. La réduction du Lead Time apparait alors rapidement sous le prisme de l’engagement du BFR. 

 

Phase 4 : Gains et Impacts s/ BFR

 

Les gains attendus pour chacune des actions à impact rapide déployée, sont quantifiés. Les gains obtenus sur l’optimisation du BFR sont ainsi valorisés pour effet de levier principalement sur la réduction du lead time, avec un impact sur les stocks et la politique d’achats. Des scénarios alternatifs en situation d’alerte ou en anticipation sont alors proposés.

 

Impacts rapides & facteur digital

La démarche Quality Cost Cycle Time peut être déployée et produire des résultats mesurables sous quatre à six semaines. Elle vient renforcer les actions et l’animation de la qualité au sein de vos UAP, usines et autres activités de service.

La data visualisation 

…du pilotage des non-qualités et de l’évolution du BFR engagé, apportent une aide à la décision proactive du management aux opérateurs. 

Une segmentation fine 

…lors de la phase 2) et l’utilisation  d’algorithmes d’Intelligence Artificielle rendent possibles la détection, le traitement, voire même l’anticipation des alertes.

Recommandation

Exploiter les données et relevés existants sur les produits/services actifs. 

Très souvent les données existantes bien que de sources multiples (ERP, fichiers XLS…) sont suffisamment détaillées pour une exploitation pertinente. Ne pas négliger l’expertise des métiers pour valoriser ces données de façon à être pleinement efficace.

Précautions

Partir du mix produit de l’activité, en mode nominal puis en mode dégradé.

Attention à ne pas négliger les effets de bord de la gaussienne, qui sont de véritables sources de perte d’efficience.

Grâce à cette approche croisée des opérations et de la finance, le Quality Cost Cycle Time est un outil pragmatique combinant les bonnes expertises pour adresser les enjeux de baisse du point mort, d’amélioration de la trésorerie avec des processus encore plus efficaces.